Numéro 115

5,50 €
TTC

Ocotbre 2020

Quantité

ÉDITO

Fontaine de Jouvence 
Comment, sur un sujet pareil, ne pas se prosterner devant l’autel de la grande Brigitte ? Non pas celle-là, l’autre ! Vous pensez bien… La Fontaine. Non, pas Jean ! Brigitte. Bon, Brigitte Fontaine quoi ! Celle qui, quand elle chante la vieillesse, pète tous les codes de la bienséance. Pas trop sa came, cette affaire-là. Celle qui nous invite à emmerder le monde en exhibant fièrement nos « carte[s] senior[s] ». Celle qui nous enjoint à crier haut et fort : « Je suis vieille et je vous enc*** ». Carrément ! Même nous, on n’ose pas le répéter. Mais, Brigitte, la vulgarité, c’est pas son problème. Elle a mieux à faire, par exemple promener fièrement sa « silhouette de sirène » et son « look de libellule ». Une vraie Fontaine de Jouvence, celle-ci. Avant tout le monde, la punkette septuagénaire (son âge en 2010, quand est sortie sa chanson Prohibition, donc) ruait dans les brancards du jeunisme. S’indignant que le « foutre » soit « interdit à 60 ans » au risque de ne recueillir que « scandales et ricanements ». Et, pour ses vieux jours, n’avait d’autres projets que de « baiser, boire et fumer ». Dix ans plus tard, il semblerait qu’elle n’ait pas dérogé à sa ligne de conduite : être une « vieille sans foi ni loi ». Alors voilà, plutôt que commencer à stresser sur sa ride du lion dès 35 ans, pleurer ses seins définitivement aspirés par la gravité à 50 ans et ne plus oser se mettre en maillot à 70 ans, parce qu’il serait indécent d’exhiber son corps de vieille dame respectable, créons le FLVB : le Front de libération des vieilles branches. Puisque, contre le temps, il n’y a rien à faire et que, en définitive, on finira toutes dans la caisse en sapin, autant en profiter. Et comme nous le conseille Laure Adler (lire page 24), cessons de nous pourrir la vie pour tenter de sauvegarder à tout prix quelques bribes de nos jeunesses passées. Soyons des quadras solaires, des quinquas indécentes, des sexas badass, des septas déjantées. Et, au-delà, bénissons le ciel et la déesse Fontaine d’être des vieilles peaux. Car d’autres n’auront pas eu cette chance de mûrir en paix. Ainsi, quand nous mourrons, « ce sera de joie » ! 

Causette

CAUS115

Fiche technique

Année
2020